Nouveaux Enjeux de la Spatialisation Urbaine

  | 7 min read
0
Comments
158

MaMaison.sn – Présentez-vous à nos lecteurs.

Je suis Architecte DPLG (Diplômé Par Le Gouvernement), inscrit au tableau de l’Ordre des Architectes du Sénégal depuis 1988.

Je suis Président du Conseil de l’Ordre des Architectes du Sénégal depuis 2014. Sur le plan international, je suis membre du Conseil de l’Union Internationale (UIA) qui compte cinq (05) représentants par continent, Vice-président de la Fédération des Architectes Francophones d’Afrique (FAFA) et Vice-président du Conseil d’Administration et membre du Conseil scientifique de la Fédération mondiale  chargée de l’organisation du Forum mondial des Jeunes Architectes.

Je suis un Ancien Enfant de Troupe (AET), promotion 1973 du Prytanée Militaire de Saint Louis).

Pouvez-vous expliquer à nos lecteurs l’importance d’un architecte dans la construction d’un bâtiment (résidentiel, commercial, industriel, monument)?

L’architecture est pratiquée par des architectes régulièrement inscrits au tableau de l’Ordre.

L’architecte est, par définition, un Maître d’oeuvre.  Il est chargé par le client, appelé Maître d’ouvrage, de concevoir le projet architectural.

Choisir un architecte, c’est choisir une compétence reconnue par la loi.

L’architecte est un professionnel hautement qualifié dont  le rôle est de participer à tout ce qui relève de l’aménagement de l’espace et plus particulièrement de l’acte de bâtir.

L’architecte intervient sur la construction, la réhabilitation, l’adaptation des paysages, des édifices publics ou privés, à usage d’habitation, professionnel, industriel, commercial, etc.

Par opposition à la simple construction (fait d’assembler différents éléments en utilisant les matériaux et les techniques appropriés), la pratique de l’architecture se caractérise par un effort constant pour concilier l’utilité, la beauté et la solidité de formes, d’espaces et de structures (habitées ou directement utilitaires).

Le dialogue direct est essentiel car la confiance entre vous et l’Architecte est une donnée fondamentale pour la réussite de votre projet. Il répond à vos attentes en veillant au respect de l’intérêt collectif.

L’expérience et la notoriété ne doivent pas être les seuls critères de choix car les jeunes professionnels méritent aussi qu’on leur fasse confiance.

Est-ce que le BIM (Building Information Modeling) ou système de modélisation des données du bâtiment est utilisé dans le milieu de l’architecture au Sénégal?

Les confrères montrent un intérêt grandissant pour la technologie et prennent les devants en évoluant par eux-mêmes vers ce processus. Ceci témoigne que l’argument de l’efficacité apportée par le BIM et son intérêt comme « argument commercial valorisant » sont bien accueillis.

Quelles sont les missions de l’Ordre des Architectes ?

L’Ordre est établissement public à caractère professionnel investi d’une mission d’intérêt public. Il a en charge la qualité architecturale sur l’étendue du territoire nationale.

L’Ordre est différent des syndicats professionnels.

Le Conseil de l’ordre veille au contrôle, au maintien de la moralité et de la qualité des membres de l’ordre. Il assure le respect, par ceux-ci, des lois  et règlements ainsi que des devoirs professionnels et surveille les conditions d’exercice de la profession.

Il assure en toute circonstance et devant toutes les juridictions, la défense des intérêts matériels et moraux de la profession, de son honneur, de son indépendance et de ses traditions.

Il est l’interprète des architectes auprès des pouvoirs publics. Il donne son avis sur la législation et la réglementation architecturales ainsi que sur toutes les questions intéressant l’architecture au sujet desquelles il est consulté par le Gouvernement.

Il dresse, tient à jour et publie le tableau des membres de l’ordre.

Il peut, sur demande des intéressés, arbitrer des différends entre architectes.

Pensez-vous que les pouvoirs publics impliquent suffisamment l’ingénierie sénégalaise dans le développement de projets urbains comme celui de Diamniadio ?

Pourtant le cadre juridique de l’exercice de notre profession est régi par des textes qui,  malheureusement mal utilisés, dans ce contexte ne permettent pas de valoriser comme il se doit, notre corporation et le génie du peuple Sénégalais.

Notre profession a beaucoup évolué tant du point de vue du nombre d’Architectes qui la composent que du point de vue de leur profil et de leur niveau de formation.

Il est regrettable que jusqu’à ce jour, l’implication des Architectes inscrits à l’Ordre des Architectes du Sénégal ne se ressente pas de façon concrète dans un bonne partie des « Grands projets urbains structurants, dits émergents».

Au même moment, autre paradoxe plus de 80% de la commande privée, se fait sans recours à l’Architecte ;  en infraction avec les dispositions réglementaires.

Depuis plus d’une décennie, l’avènement des smart cities en Afrique, a donné libre cours à une architecture plus complexe et au développement d’édifices verticaux intelligents. Quelle lecture faites-vous de cette transition architecturale ?

Il faut d’abord s’entendre sur les nombreux termes pour désigner les Smart cities ou villes intelligentes.

Plusieurs termes sont utilisés pour les désigner :   smart city, ville numérique, green city, connected city, éco-cité, ville durable. Comment s’y retrouver ? Quelles sont les caractéristiques d’une ville intelligente ?

Six critères principaux de classement sont souvent utilisés pour parler de smart cities ou villes intelligentes :

– une économie intelligente – une mobilité intelligente – un environnement intelligent – des habitants intelligents – un mode de vie intelligent – une administration intelligente.

Les villes actuelles devront développer de nouveaux services performants pour intégrer différents modes de transport (rail, automobile, cycle et marche à pied)  en un seul système qui est à la fois efficace, facilement accessible, abordable, sûr et écologique. Cette intégration permettrait d’avoir une empreinte environnementale réduite et optimiserait l’utilisation de l’espace urbain en offrant aux citadins une gamme variée de solutions de mobilité répondant à l’ensemble de leurs besoins.

La ville de demain devra mettre en place les dernières technologies de transport en commun et de mobilité électrique.

Pour un environnement durable, les villes devront agir dans deux domaines principaux : les déchets et l’énergie.

Les villes auront pour mission de réduire, voire d’éviter, leur production de déchets et de mettre en place des systèmes efficaces de récupération et de valorisation des déchets ou produits inutiles en un nouveau matériau ou produit de qualité ou d’utilité supérieure.

Elles devront renforcer leur action en matière d’efficacité énergétique en développant l’éclairage public à faible consommation. Elles devront également mettre en place des systèmes de production locale d’énergie (panneaux solaires sur les toits des édifices, éoliennes, production d’électricité à partir des déchets, etc.).

La valeur élevée de l’immobilier dans les centres villes combinée à la disponibilité limitée des terres rend l’urbanisation actuelle complexe. Le modèle de l’étalement urbain – coûteux en espace, en équipements publics, en énergie – qui primait jusqu’ici n’est plus possible. Il faut réinventer des formes urbaines qui, à la fois, respectent une intimité indispensable, assurent un ensoleillement suffisant, permettent des évolutions et favorisent le « vivre-ensemble ». Il faut une urbanisation responsable et un habitat intelligent où les bâtiments devront faciliter et améliorer la gestion de l’énergie, voire de réduire les consommations.

Ahmet Lo
Sales & Ops Manager à MaMaison.sn. Passionné d'immobilier et professionnel du secteur depuis plus de 10 ans, je suis en charge de la lettre d'information sectorielle qui a vocation à rassembler du contenu et des analyses pour tous les professionnels du secteur de l’immobilier au Sénégal.
 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here