L’interview du mois avec Monsieur Ibrahima Dieng, Directeur Général du cabinet IDAC

  | 3 min read
0
Comments
295
Monsieur Ibrahima Dieng, Directeur Général du cabinet IDAC
Monsieur Ibrahima Dieng, Directeur Général du cabinet IDAC

Comment percevez-vous l’organisation du secteur immobilier ?

Le secteur gagnerait à être mieux assaini. Nous pensons que le terme « d’agent immobilier » est galvaudé de nos jours. Il n’est pas acceptable qu’on se permette d’évoluer dans ce secteur sans avoir une expertise avérée dans le droit immobilier et la fiscalité. Tous les jours, nous assistons à d’innombrables contentieux dans le foncier dû à l’amateurisme. Une bonne organisation du secteur passe par une meilleure formation, une professionnalisation de ses acteurs et un meilleur cadre d’échanges.

Quel regard portez-vous sur la demande de logement à Dakar et quel bilan tirez-vous de la loi sur la baisse du loyer promulguée en 2014 ?

Il faut tout d’abord souligner qu’une importante partie de la population est de plus en plus concentrée dans la presqu’île de Dakar, ce qui engendre plusieurs conséquences à savoir : une demande en logement très élevée, la réduction progressive de l’assiette foncière qui rend la ville plus étroite et le renchérissement du prix du m². Cette situation motive davantage à la construction de bâtiments en hauteur comprenant plusieurs types d’appartements  afin de répondre à la demande accrue. Concernant la loi sur la baisse du loyer, nous l’avons appliqué immédiatement de concert avec les propriétaires qui nous ont confié leurs immeubles.

Quelle lecture faites-vous sur la politique de l’Etat en matière d’habitat social et quels leviers de financement accompagnent les sénégalais ?

Lorsque l’Etat attribue des terrains à des fins de construction de logements sociaux, le promoteur immobilier en question doit être en mesure de proposer des logements qui ne doivent pas dépasser plus de 15 millions CFA. Force est de constater que le coût de l’habitat social demeure élevé pour bon nombre de sénégalais mais pour bénéficier de l’accompagnement d’un établissement bancaire, il suffit juste de remplir les conditions d’éligibilité.

Aujourd’hui, le Cabinet accompagne les sénégalais qui ont une situation professionnelle et financière stable dans la recherche d’un prêt logement ou terrain mais nous explorons aussi, de concert avec nos partenaires bancaires, les opportunités d’investissement immobiliers pour ceux qui évoluent dans l’informel et qui disposent d’une certaine assise financière.

Quelle a été l’approche du Cabinet IDAC pour la mise en valeur de ses annonces et de ses services pour les rendre visibles au public ?

Nos services sont au diapason de l’évolution technologique et notre démarche a été jusque-là traduite par le recours à une plateforme digitale comme MaMaison.sn pour avoir une visibilité et atteindre plus facilement nos cibles qui sont pour la plupart dans la diaspora. Aujourd’hui, grâce à cette approche, nous avons constaté que notre site est souvent consulté et nous avons enregistré beaucoup de requêtes sur nos biens immobiliers. Dans notre secteur, une stratégie commerciale efficace doit nécessairement intégrer la dimension digitale.

Votre dernier mot ?

Nos services immobiliers sont basés sur la qualité des prestations et des tarifs pratiqués en toute transparence. Notre credo est la satisfaction du client avec une vision stratégique intégrant tous les besoins.

Enfin, le Cabinet en appelle aux investisseurs intéressés par les Emirats car nous sommes partenaire d’un promoteur dubaïote The First Group, qui nous a donné mandat pour la vente d’appartements d’hôtel de haut standing à Dubaï.

 

Ahmet Lo
Sales & Ops Manager à MaMaison.sn. Passionné d'immobilier et professionnel du secteur depuis plus de 10 ans, je suis en charge de la lettre d'information sectorielle qui a vocation à rassembler du contenu et des analyses pour tous les professionnels du secteur de l’immobilier au Sénégal.
 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here