Zoom sur le secteur Immobilier

  | 5 min read
0
Comments
214

Entretien avec Mr Momar NDAO, Président de l’Association des Consommateurs du Sénégal, ASCOSEN

Présentez-vous à nos internautes

Je suis Momar NDAO, Président de l’Association des Consommateurs du Sénégal ASCOSEN. J’ai plusieurs casquettes : Président du Réseau des Associations de Consommateurs UEMOA, Secrétaire Général de l’Association Sénégalaise de Normalisation, Conseiller Technique du Président de la République.

Que pensez-vous du secteur immobilier au Sénégal ?

J’en parle à double titre en tant que consommateur et en tant que rapporteur de la commission sur la baisse des loyers. C’est un secteur rentable pour les investisseurs mais la problématique est le respect des dispositions réglementaires, juridiques et techniques sur la construction. Au niveau des transactions le coût de la construction a augmenté de 44% de 1994 à aujourd’hui tandis que celui de la location a augmenté de 256% d’où la demande de la baisse du prix du loyer pour soulager la population. Sur le plan réglementaire la quasi-totalité des locataires ignorent que louer est une activité commerciale et que tout commerçant doit respecter les dispositions qui encadrent son activité commerciale, or dans l’imagerie populaire la plupart des bailleurs ont une conscience informelle des choses et agissent comme si le fait de louer est une activité à part non prise en compte par les dispositions réglementaires ; ce qui explique la promulgation de la loi sur la baisse des loyers.

Le prix du loyer n’est pas libre au Sénégal, depuis 1977 les dispositions législatives et réglementaires fixent les conditions dans lesquelles le prix du loyer peut être fixé; par conséquent chaque bailleur est tenu de respecter les dispositions prévues. En ce qui concerne les aspects techniques la plupart des bailleurs ne sont pas informés des normes de construction et construisent des maisons très souvent en porte-à-faux avec les normes minimales d’habitabilité et de sécurité. Par conséquent la sécurité des immeubles n’est pas totalement garantie dans beaucoup de cas. Au vu de tout cela, il est important que des efforts poussés soient faits en matière de sensibilisation et de formation par le gouvernement, les acteurs de la construction, les bailleurs, les agences immobilières, les promoteurs immobiliers, les entrepreneurs, etc….

Etes-vous satisfait de l’application de la récente loi sur la baisse des loyers ?

Nous sommes satisfaits de l’application de la loi parce qu’on a eu un taux de 98,63% lors des études d’évaluation de l’application basées sur le taux de réclamations reçues, ce qui est rare pour une disposition réglementaire.

Quels sont les problèmes les plus fréquents que rencontre le consommateur sénégalais dans les transactions immobilières ?

Des problèmes d’information : achat de terrain souvent sans vérifier toutes les contraintes administratives, hypothèque, propriété réelle, type de terrain, permis d’occuper, titre foncier avec la signification exacte de ces termes, contrat de bail… Sur le plan technique ils ne savent pas si c’est un terrain inondable ou non. Il y a aussi un problème de maitrise des droits et devoirs vis-à-vis de la transaction. Les coûts de construction peuvent être plus élevés sur un certain type de terrain, achat de maison sans avoir idée de la nature du terrain. Il faut aller voir un notaire avant d’acheter un terrain, à la conservation foncière, au ministère de l’habitat…

Quelles sont selon vous les causes de l’anarchie qui règne dans le secteur ? Travaillez-vous sur un moyen pour mettre fin à cette anarchie ?

La plupart des acteurs ne respectent pas la réglementation par ignorance pour beaucoup d’entre eux. Nous mettons en ligne sur le site de l’ ASCOSEN des textes cruciaux comme ceux sur la fixation des prix du loyer. Notre site a été créé en 1998 et a eu 4 887 037 visiteurs depuis que le compteur a été mis en place en 2002. Nous faisons partie des premières associations sénégalaises à disposer d’un site internet. Il faut des émissions pour sensibiliser les populations à la télé, la radio, dans la presse écrite, Nous avons fait beaucoup d’interviews allant dans ce sens.

Quels conseils donnerez-vous : Aux bailleurs ?

Etre conscient que ce sont des commerçants, ils doivent prendre connaissance des dispositions exigées par l’exercice de cette profession, ils doivent se renseigner et obtenir la totalité des textes qui régissent leur profession, c’est une base pour ne pas se tromper.

Aux locataires ?

Apprendre et étudier les textes qui définissent leurs droits et devoirs.

A ceux qui souhaitent investir dans l’immobilier ?

Comprendre que l’achat d’un terrain est un achat très compliqué. Avant de mettre en jeu des sommes importantes qu’ils prennent le temps de se faire valablement conseiller par un notaire, un architecte, des professionnels du secteur…

 

Mohamed Fall
Mohamed Fall est un jeune blogueur professionnel qui a fait ses études supérieures à l’Ufr Crac de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis. Exerce en tant blogueur pour Expat-Dakar et spécialiste de l’immobilier au Sénégal pour MaMamaison.sn.
 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here